MerlinMerlina | QUI SUIS JE?
Médecine intégrée pour enfants
Médecine intégrée pour enfants
1302
page-template-default,page,page-id-1302,edgt-cpt-1.0.2,ajax_fade,page_not_loaded,,homa child-child-ver-1.0.0,homa-ver-1.9, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,transparent_content,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

QUI SUIS JE

Et qu’est ce qui m’a incité à ouvrir ce cabinet médical

Wie ben ik-250x250px
     Je me présente: Je suis Maryse Duran, médecin dévoué depuis mes 26 ans, quand j’ai complété mes études de médecine à l’Université d’Amsterdam. J’ai toujours voulu, depuis l’enfance, devenir médecin pour enfants.


Après la fin de mes études de médecine et mes années d’internats, j’ai réalisé ce rêve de mon enfance en travaillant dans des services de soins intensifs pour enfants (Erasmus MC- Sophia et LUMC). J’ai ensuite choisi pour la poursuite de mes études, la formation d’anesthésiste (UMC Utrecht). Mon objectif ultime était de devenir anesthésiste pour enfants et de pouvoir aider ainsi les enfants les ‘plus’ malades placés en soins intensifs.

 

Cependant vers la fin de ma formation ma mère devint gravement malade et décéda après un long séjour en hôpital. Je me retrouvais non seulement médecin mais aussi fille d’une patiente et je faisais face à un tout autre aspect, un autre coté de la maladie et des soins. Je voyais l’utilité de la médecine traditionnelle mais j’ai dû aussi en constater plus d’une fois les limites. Cela m’a incité à réfléchir et à essayer de trouver dans mon travail d’autres manières de soigner.

 

C’est durant cette période exploratoire que je suis venue en contact avec les méthodes de traitements médicaux complémentaires, dont les contenus sont basés, entre autres, sur la médecine orientale. L’historique de cette médecine remonte à bien plus loin que nos méthodes occidentales de médecine traditionnelle. Elles possèdent à mon avis des contenus précieux qui sont aussi importants pour les systèmes de soins traditionnels. J’ai été tellement impressionnée par ces autres approches de la médecine, que j’ai suivi différentes formations s’ý rapportant.

 

C’est ainsi que j’ai fait une formation en techniques de libération émotionnelle (Emotional Freedom Techniques, EFT) chez NOVET à Amsterdam. J’ai obtenu les grades REIKI I et II du centre de Reiki ‘De Oorsprong’ à La Haye et j’ai suivi la formation relative aux soins intuitifs au Centrum voor Leven en Intuȉtie à Utrecht.

Après ces formations j’ai continué à approfondir mes connaissances en suivant une multitude de cours, de conférences et d’études personnelles concernant entre autres les relations ‘esprit-corps’, l’esprit: méditation, relaxation, visualisation et le corps : respiration, yoga, massage.

 

L’acquisition de ce nouveau savoir et l ‘expérience que j’ai pu accumuler grâce à ces formations et à ces cours, m’ont permis de voir le bénéfice des ces méthodes de traitement en tant que compléments des méthodes traditionnelles. Le tout formant ce qui est de plus en plus connu sous le nom de ‘médicine intégrative’.

Les bénéfices de cette médecine intégrée qui sont déjà mieux reconnus et acceptés à l’étranger, le deviennent aussi et sont de plus en plus utilisés par un nombre croissant de médecins et thérapeutes aux Pays-Bas.

 

J’ai alors décidé d’interrompre ma formation d’anesthésiste pour me consacrer entièrement à ce nouveau domaine: intégrer les sciences médicales traditionnelles et la médecine complémentaire pour les enfants. C’est ainsi que j’ai ouvert en Juillet 2015 mon cabinet médical: MerlinMerlina.

 

Faisant suite à la période ou j’ai fonctionné comme médecin en formation en anesthésiologie, j’ai travaillé pendant deux ans comme médecin dans le service santé pour enfants et adolescents. J’ai aussi pendant mes périodes de temps libre fait sur place du travail bénévole en faveur des enfants (Medical Checks for Children) dans des pays en voie de développement (Brésil, Népal, Tanzanie entre autres). Je me suis réalisée que les enfants les ‘plus’ malades ne sont pas toujours par définition dans des services de soins intensifs des hôpitaux et que chaque enfant en tant que tel compte pour moi. Mémé si la souffrance est légère, ou parait comme telle, cette souffrance peut quand même être assez lourde pour l’enfant et ses parents. J’ai aussi compris qu’on ne peut pas toujours faire en sorte que les enfants guérissent, comme je l’espérais en devenant médecin pour enfants. Mais je pense qu’on peut tout faire pour qu’un enfant et par la même donc ses parents se sentent mieux. D’après ma propre expérience, les possibilités d’y parvenir sont plus grandes quand la médecine traditionnelle et les médecines complémentaires sont mises en œuvre de manière intégrée.